Les Jurés 2016Jean-Marie Le Guen
Ministre
Isabelle Debré
Sénateur - Vice-Président du Sénat
Olivier Falorni
Député
Olivier Dassault
Député
Jean-Christophe Lagarde
Député-Maire, Président de l’UDI
Luc Carvounas
Sénateur-Maire
Claude Goasguen
Homme politique
Valérie Pecresse
Président de la Région île de France
Philippe Benguigui François Patriat
Sénateur
Xavier Bertrand
Président de la Région Nord pas de Calais Picardie
Michel DerdevetTony Dreyfus
Avocat et Homme politiqu
Viviane Neiter
Administratrice
Frédéric De Saint SerninMarie-Thérèse Bertini
Président de Société
Rama Yade
Ancien Ministre
Jean Philippe Pierre
Contrôleur général des Finances
Nathalie Bordeau
Lauréate du Prix Edgar Faure 2015
Jean-Pierre Chevènement
Ancien Ministre
Bernard Granger
Professeur en médecine
Philippe Logak
Avocat à la Cour
Jean-Marie Cambacérès
Homme politique
David-Xavier Weiss
Maire-adjoint de Levallois-Perret
Rodolphe Oppenheimer
Président-fondateur du Prix Edgar Faure

Prix Edgar Faure 2016 dixième édition

Les Jurés

  • Jean-Marie Le Guen (Ministre)
  • Isabelle Debré (Sénateur - Vice-Président du Sénat)
  • Olivier Falorni (Député)
  • Olivier Dassault (Député)
  • Jean-Christophe Lagarde (Député-Maire, Président de l’UDI)
  • Luc Carvounas (Sénateur-Maire)
  • Claude Goasguen
  • Valérie Pecresse (Président de la Région île de France)
  • Philippe Benguigui
  • François Patriat (Sénateur)
  • Xavier Bertrand (Président de la Région Nord pas de Calais Picardie)
  • Michel Derdevet
  • Tony Dreyfus
  • Viviane Neiter (Administratrice)
  • Frédéric De Saint Sernin
  • Marie-Thérèse Bertini (Président de Société)
  • Rama Yade (Ancien Ministre)
  • Jean-Philippe Pierre (Contrôleur général des Finances)
  • Nathalie Bordeau (Lauréate du Prix Edgar Faure 2015)
  • Jean-Pierre Chevènement (Ancien Ministre)
  • Philippe Logak (Maître des Requêtes au Conseil d’Etat)
  • Bernard Granger (Professeur en médecine)
  • Jean-Marie Cambacérès (Homme politique)
  • David-Xavier Weiss (Maire-adjoint de Levallois-Perret)
  • Rodolphe Oppenheimer (Président-fondateur du Prix Edgar Faure)

Né le 3 janvier 1953 à Paris et père de 3 enfants, Jean-Marie Le Guen est médecin et diplômé d’études supérieures spécialisées d’économie de la santé.

Elu Conseiller de Paris depuis 1989, il est nommé adjoint au maire de Paris, chargé de la Santé publique et des relations avec l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) en 2008. Il préside ensuite le Conseil de surveillance de l’AP-HP de juin 2012 à mars 2014.

Député de Paris à l’Assemblée nationale depuis 1997, il a été le rapporteur de plusieurs projets de loi, notamment la loi Evin sur le tabac et l’alcool. De 2007 à 2008, il fut Vice-Président de l’Assemblée. Au cours de la XIVe législature, il siège à la Commission des Affaires étrangères et préside du Groupe d’amitié parlementaire France – Chine.

Ancien Président de la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (1997-2002) puis membre du Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie jusqu’en 2012, il est responsable pour le groupe socialiste des questions de santé et d’assurance maladie.

Il anime également le groupe de réflexion « Grand Paris des Citoyens » qui vise à promouvoir une gouvernance démocratique de la métropole parisienne, et à élaborer des réponses progressistes et innovantes aux problématiques de l’agglomération parisienne, notamment la crise du logement.

Le 9 avril 2014, il est nommé Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement au sein du gouvernement de Manuel Valls.

Ouvrages

Président du Groupe d’études parlementaire sur l’obésité, il est l’auteur de « Obésité, le nouveau mal français » (Armand Colin – mars 2005).
Il est également l’auteur de l’essai « Retraites et vieillissement : pour un nouveau contrat social » (Fondation Jean Jaurès – avril 2010).
En 2011, il publie « Sauvons notre Santé, avant qu’il ne soit trop tard ! » (Editions du Moment – septembre 2011).

Isabelle Debré, est Vice-présidente du Sénat et Vice-présidente du Conseil départemental des Hauts-de-Seine.

Issue du monde de la communication, elle s’engage en politique en 1995 dans sa ville de Vanves.

Après un mandat passé dans l’opposition, elle est élue première adjointe au maire en charge des questions sociales, fonction qu’elle exercera jusqu’en 2014.

Sénatrice depuis onze ans, gaulliste sociale, elle s’intéresse particulièrement aux questions économiques et sociales.

Militante active de la lutte contre la maltraitance des enfants, elle s’investit depuis plus de vingt ans au sein de l’association L’Enfant bleu-Enfance maltraitée. Ancienne auditrice de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN), elle est réserviste citoyenne de la Marine.

Olivier Falorni est né le 27 mars 1972 à Rochefort (Charente-Maritime). Son père était instituteur et sa mère était employée à la sécurité sociale.

Diplômé du baccalauréat au lycée Jean-Dautet de La Rochelle en 1990 et d'un DEA d'histoire contemporaine à l'université de Bordeaux en 1995, Olivier Falorni obtient son premier poste d'enseignant en 1997. Il enseigne l’histoire-géographie au Lycée professionnel Pierre Doriole.

Son grand-père, Gino Falorni, était instituteur et un membre emblématique du club de basket-ball Rupella Basket 17 de 1935 à 1954, où il a occupé les postes de capitaine et d'entraîneur. Aujourd'hui, un gymnase de La Rochelle, dans le quartier des Minimes, porte son nom.

Il adhère au parti socialiste en 1999 et devient secrétaire fédéral du PS en 2004. À ce titre, il organise l'université d'été du PS de 2005 à 2011.

Élu conseiller municipal sur la liste de Maxime Bono à La Rochelle lors des élections de 2001, il devient adjoint aux finances à la suite des municipales de 2008.

Lors de l'élection régionale de 2010 en Poitou-Charentes, il s'oppose à Ségolène Royal sur la constitution des listes et prend la tête de la liste socialiste dans son département, avec le soutien des militants.

En 2010, il est donc élu Conseiller régional de Poitou-Charentes.

En 2011, Olivier Falorni refuse de se retirer quand, le 10 décembre, les instances nationales du Parti Socialiste décident d'investir Ségolène Royal en annulant le vote des militants, pourtant prévu dans les statuts du PS. Le le 19 février 2012, Olivier Falorni annonce sa candidature.

Cette décision lui vaut d'être exclu du Parti socialiste.

Il obtient au premier tour, 28,91 %18 des suffrages exprimés et se retrouve au second tour face à Ségolène Royal.

Le 17 juin 2012, il est élu au second tour avec 62,97 % des suffrages exprimés, face à Ségolène Royal, qui recueille 37,03 % des voix.

Le soir même, il démissionne de ses mandats d’adjoint au Maire et de Conseiller régional conformément à son engagement de ne pas cumuler les mandats.

Lors de l'ouverture de la XIVe législature, Olivier Falorni intègre le groupe radical, républicain, démocrate et progressiste (RRDP).

Ingénieur de l’École de l’air (1974), Olivier Dassault a suivi une formation scientifique et économique obtenant un DEA de mathématiques et un doctorat d’informatique de gestion.

Olivier Dassault conquiert la première circonscription de l’Oise en 1988. Réélu député en 1993 au premier tour, il est parallèlement la tête de liste départementale aux élections régionales de 1992 et devient premier viceprésident du Conseil régional de Picardie. En 2012, Olivier Dassault a été réélu député de l’Oise pour la 5ème fois.

Il est également Président de l’Association Génération Entreprise Entrepreneurs Associés, composée de 150 parlementaires et d’une centaine de chefs d’entreprise, qui a pour mission d’être une passerelle entre le monde de l’entreprise et celui de la politique. Il a été nommé, par Nicolas Sarkozy, Président du Comité des Entrepreneurs.

Jean-Christophe Lagarde est né le 24 octobre 1967 à Châtellerault (Vienne).

Il a été élu Président de l’UDI le 13 novembre dernier après avoir été Secrétaire général du parti et Porte-parole du groupe à l’Assemblée Nationale. Membre fondateur de sa famille politique, Jean-Christophe Lagarde est de ceux qui avaient décidé de créer, autour de Jean-Louis Borloo, le groupe UDI à l’Assemblée nationale au lendemain des élections législatives de 2012.

Maire de Drancy depuis 2001 et député de la 5ème circonscription de la Seine-Saint-Denis depuis 2002.

Jean-Christophe Lagarde a été également désigné vice-Président du Parti Démocrate Européen en décembre 2014. Il est l’auteur du livre Les hypocrisies français - Le Cherche midi 2008

Luc Carvounas, né le 8 juin 1971 à Charenton-le-Pont, est un homme politique français. Il est sénateur depuis 2011.

Cadre territorial, Luc Carvounas est diplômé de 3e cycle universitaire.Né de parents originaires d'Izmir en Turquie, son père travaille dans la marine française avant d'être ouvrier chez Citroën.

Élu en 2001 adjoint au maire d’Alfortville à 29 ans, il est reconduit adjoint au maire d’Alfortville aux récentes élections municipales . En mars 2008, il est élu à 37 ans conseiller général du canton d'Alfortville-Nord, vice-président du conseil général du Val-de-Marne chargé de la Politique de la Ville ].

Luc Carvounas est un proche de Manuel Valls (membre du PS, député maire d'Évry et Premier ministre). Il est son directeur de campagne dans le cadre des primaires du Parti socialiste visant à désigner le candidat de ce dernier à l’élection présidentielle de 20122.

Tête de liste de la gauche aux élections sénatoriales de septembre 2011 dans le Val-de-Marne, il fait son entrée au Sénat le 25 septembre 2011, à l'âge de 40 ans et démissionne alors de son mandat au conseil général. Vice-président du groupe socialiste au Sénat, il est désigné par ses collègues secrétaire de la commission sénatoriale pour l'application des lois, dont il est membre.

Le 18 mars 2012, il est élu par le conseil municipal à la tête de la mairie d'Alfortville, à la suite de la démission de René Rouquet qui dirigeait la commune depuis vingt quatre années

Depuis 2012, Luc Carvounas est fondateur avec Jean-Christophe Fromantin d'Expo France 2025 pour la candidature de Paris à l'exposition universelle en 2025.

Le 30 mars 2014, il est réélu maire d'Alfortville au second tour avec 58,2 % des voix exprimées7.

Le 20 juin 2015, lors du Conseil national d'élection du PS, Luc Carvounas est élu secrétaire national chargé des relations avec le Parlement

Il est élu le 21 janvier 2016 vice-président de la métropole du Grand Paris.

Claude Goasguen, né le 12 mars 1945 à Toulon (Var), est un homme politique français.

Enseignant de l'enseignement supérieur public, puis avocat, il est député de la 10e circonscription de Paris de 1993 à 1995 et ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Citoyenneté dans le premier gouvernement Juppé.

Ancien secrétaire général de l'UDF et porte-parole de Démocratie libérale, il est député de la 14e circonscription de Paris depuis 1997 et maire du 16e arrondissement de Paris depuis le 29 mars 2008.

Claude Goasguen est issu de l'importante communauté bretonne de Toulon, préfecture maritime. Il déménage pour Paris durant son adolescence.

Passé par le lycée Henri-IV, il entre à la faculté de droit de l'université de Paris, qui deviendra après Mai 68 l'université Paris-II Panthéon-Assas.

Diplômé d'études supérieures de droit en 19698 et docteur en droit en 19769 de l'université Panthéon-Assas Paris II, son domaine d'études était l'histoire du droit et notamment le droit romain.

De 1971 à 1976, il est assistant à l'université Paris XIII, puis maître-assistant de 1976 à 1982. Maître de conférences de 1982 à 1986, il est doyen de la faculté de droit de 1982 à 1984.

En 1986, il rejoint le cabinet du ministre de l’Éducation nationale René Monory en tant que conseiller technique chargé des relations avec le monde de l’entreprise et de la formation professionnelle. Nommé inspecteur général de l'Éducation nationale en 1987 par René Monory, il occupe le poste de recteur d'académie et de directeur du Centre national d'enseignement à distance du 2 décembre 1987 au 3 janvier 1991, puis est placé en service détaché afin d'exercer ses mandats électifs.

il est aujourd'hui maître de conférences à HEC et avocat à la Cour d'appel de Paris depuis septembre 2003.

De 1986 à 1988, il est conseiller technique auprès du ministre de l’Éducation nationale, René Monory, chargé des relations avec le monde de l'entreprise et de la formation professionnelle.3 ».

En 2002, il rejoint l'UMP lors de la fusion de DL avec celle-ci. Il y est notamment délégué général chargé des universités et de la recherche à partir de 2005. Il est également le président des Réformateurs de Paris, aile libérale de l'UMP.

De mai à novembre 1995, il est ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Citoyenneté dans le premier gouvernement d'Alain Juppé. Il réussit son parachutage dans la 14e circonscription de Paris(quartiers d'Auteuil et de La Muette, dans le 16e arrondissement), en étant élu député pour la période 1997-2002 dès le premier tour avec plus de 70 % des suffrages. Lors des élections législatives des 10 et 17 juin 2007, il est élu dès le premier tour avec 65,83 % des voix

14 mars 1983 - 19 mars 1989 : membre du Conseil de Paris, élu du 14e arrondissement
17 mars 1986 - 7 mai 1993 : membre du conseil régional d'Île-de-France
20 mars 1989 - 18 mars 2001 : adjoint au maire de Paris
2 mai 1993 - 18 juin 1995 : député de la 10e circonscription de Paris
18 mai 1995 - 7 novembre 1995 : ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Citoyenneté
depuis le 19 juin 1995 : membre du Conseil de Paris
depuis le 1er juin 1997 : député de la 14e circonscription, puis de la nouvelle 14e circonscription de Paris
depuis le 29 mars 2008 : maire du 16e arrondissement de Paris

Valérie Pécresse est née le 14 juillet 1967. Auditeur au Conseil d'Etat, commissaire du Gouvernement, elle se spécialise en droit de l’internet, droit des personnes handicapées et en responsabilité hospitalière. Au lendemain de la dissolution de 1995, elle s’engage auprès de Jacques Chirac en rejoignant son cabinet à l’Elysée en tant Conseillère technique en charge des études, de la prospective et des technologies de l'information. Elle participe à la création de l’UMP en 2002 aux côtés de Jérôme Monod et d’Alain Juppé. En 2002, elle se présente aux élections législatives dans les Yvelines face au Général Morillon investi par François Bayrou et l’emporte avec 65,1% des suffrages. Elle sera réélue députée de sa circonscription en 2007 et 2012.

Entrée à l’Assemblée Nationale à 34 ans, Valérie Pécresse se spécialise sur les sujets relatifs à la famille, à l’éducation et à la recherche. Conseillère régionale d’Ile-de-France depuis 2004, elle s’engage dans la reconquête de la Région en 2010 après avoir recueilli près de 60% des suffrages des militants lors de la primaire interne à l’UMP. Battue lors de ces régionales, elle est élue Présidente du groupe d’opposition à la région. Au lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République en 2007, Valérie Pécresse se voit confier le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche afin de mener à bien l’une des plus importantes réformes du quinquennat : l’autonomie des universités et la réforme de la recherche. Le 30 juin 2011, Valérie Pécresse est nommée Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’Etat, Porte-parole du Gouvernement de François Fillon. A Bercy en 2011, elle assure la réduction historique du déficit et des dépenses publiques. Elle fait également voter la TVA anti-délocalisation qui permet une baisse des charges sur le travail, clé de la compétitivité emploi et que la gauche a abrogée à l’été 2012.

En novembre 2015, elle démissionne de son poste de Maître des requêtes au Conseil d'Etat pour se consacrer à la région Ile-de-France. Le 13 décembre 2015, Valérie Pécresse remporte les élections régionales en Ile-de-France avec 43,8% des suffrages, après 17 ans de gestion par la gauche. Le 19 janvier 2016, elle démissionne de son mandat de députée des Yvelines à l'Assemblée nationale, comme elle s’y était engagée pendant sa campagne, pour se consacrer exclusivement à son mandat de Présidente de la région Ile-de-France.

== Ses Actions ==

Philippe Benguigui est depuis 1992, le Délégué Régional de l'Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France et le Président National de l’Association Zakhor Pour la Mémoire. Collaborant depuis 1992 avec Maître Serge Klarsfeld, Philippe Benguigui a initié un travail de mémoire très important concernant le Camp de Rivesaltes en ayant la volonté de créer un Musée-Mémorial et y érigeant une stèle en hommage à la population juive ayant subi les affres de l'internement puis de la déportation et enfin de l'extermination dans ce camp. Philippe Benguigui a organisé de nombreuses expositions, conférences et colloques avec le soutien du Ministère de l'Éducation Nationale et de plusieurs organisations.

Philippe Benguigui œuvre depuis de nombreuses années pour faire en sorte que cette flamme de la mémoire collective des victimes de la Shoah du Camp de Rivesaltes ne puisse jamais s'éteindre, c'est ainsi que grâce aux nombreuses cérémonies commémoratives qui sont organisés à la stèle des Fils et Filles des Déportés Juifs de France au camp de Rivesaltes que cette mémoire demeure vivante.

C’est avec beaucoup de talent que Philippe Benguigui réalise ses interventions aux côtés de personnalités prestigieuses qui lui ont apportés son soutien comme Monsieur Elie Wiesel, Madame Simone Veil, Monsieur Robert Badinter, Maître Serge Klarsfeld, Monsieur Richard Prasquier, Monsieur David de Rothschild ou encore Monsieur Martin Gray.

Membre de la Commission Historique de la Création du Mémorial de Rivesaltes, Philippe Benguigui participe au niveau international au développement de ce grand projet humaniste ( ''France - Israël - USA - Allemagne - Espagne - Belgique - Suisse'').

== Ses Missions ==

Avec l'Association Zakhor Pour la Mémoire que Philippe Benguigui a développé, de nombreuses manifestations depuis plusieurs années ont vu le jour. Cette association est en outre placée sous le Haut Patronage de son Excellence l'Ambassadeur de l'État d'Israël en France.

Philippe Benguigui est le Secrétaire Général des différents Prix Zakhor Pour la Mémoire qui récompensent annuellement des personnalités œuvrant pour une action qui perpétue le devoir de mémoire par un travail ou une œuvre conséquente ayant fait l'objet d'une réflexion significative sur le thème de la mémoire de la Shoah ou de la tolérance, ou de l’humanisme, ou de la lutte contre toutes les formes d’exclusions.

Ainsi, l'Association Zakhor Pour la Mémoire décerne plusieurs prix tous les ans parmi lesquels le Grand Prix Zakhor Pour la Mémoire, le Prix Mémoire et Fraternité, le Prix Histoire-Mémoire et Education en Pays Catalan, le Grand Prix d'Honneur de Zakhor Pour la Mémoire.

l'Association Zakhor Pour la Mémoire possède une Délégation Etrangére à Bruxelles dirigée par Monsieur Francis Vannineuse ainsi qu'une autre Délégation en Principauté de Monaco assurée par Monsieur Denis Haouzi qui participe également aux côtés des institutions juives au maintien du souvenir de la mémoire de la Shoah sur l'ensemble de la Région Côte d'Azur.

== Ses Engagements ==

Philippe Benguigui, participe activement depuis plus de 20 ans à toutes les Cérémonies Nationales Patriotiques et cela afin de rendre l’hommage solennel à toutes les victimes, à tous les combattants et aux morts pour la France. Hardant militant de cet engagement lié au devoir de mémoire et d’histoire, Philippe Benguigui fait participer les jeunes scolaires à toutes les manifestations et les cérémonies qu’il organise au sein de ces activités associatives.

En outre, Philippe Benguigui s’est engagé depuis plusieurs années au sein de l’Union Départementale des Associations de Résistants et de Déportés qui réalise l’organisation du Concours National de la Résistance et de la Déportation. Ainsi, en liaison avec les établissements scolaire du département des Pyrénées-Orientales, il réalise un travail qui permet de diffuser largement les valeurs qui contribuent au rayonnement de notre Nation.

Par ailleurs, Philippe Benguigui coopère au sein d'autres organisations comme la Société d'Encouragement au Bien des Pyrénées-Orientales et il participe aussi aux travaux de la Fédération Française d'Encouragement du Dévouement et du Bénévolat afin d'honorer des personnes ayant réalisées des actions méritantes.

Depuis 2011, Philippe Benguigui est Commandant de Réserve de l’Armée de Terre en charge de différentes missions au sein de sa Délégation Militaire Départementale.

François Patriat, né le 21 mars 1943 à Semuren- Auxois (Côte-d’Or), est un homme politique français.

Vétérinaire de formation, François Patriat milite depuis 1974 au PS après avoir quitté, en compagnie de Michel Rocard, le Parti socialiste unifié (PSU).

Depuis le 2 avril 2004, il est président du conseil régional de Bourgogne, fonction dans laquelle il a succédé à Jean-Pierre Soisson, après la victoire de sa liste aux élections régionales. Depuis le 21 septembre
2008, il est sénateur de la Côte-d’Or.

Né en juillet 1960, Michel DERDEVET, diplômé d’HEC et Lauréat de la Faculté de Droit de Montpellier, a été conseiller au cabinet du président du Conseil général de l'Hérault (M. Gérard SAUMADE) en 1983 avant d'être appelé comme chargé de mission au cabinet de M.Martin MALVY au secrétariat d'Etat chargé de l'énergie (1984-1986).


Entré à EDF en avril 1986, comme responsable du recrutement à la direction des affaires générales, il s'est vu confier l'année suivante les fonctions de chargé de mission auprès du secrétaire général de la Fondation européenne de l'énergie avant d'être nommé en septembre 1988 chargé des relations avec les élus à la direction générale.


En avril 1992, il retrouve M. MALVY comme chef de son cabinet au secrétariat d'Etat chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, et conservera les même fonctions auprès de lui au secrétariat d'Etat au Budget (octobre 1992-mars 1993). Nommé en juin 1997 chef du cabinet du secrétaire d'Etat à l'Industrie, M. Christian PIERRET,il revint en octobre 1998 chez EDF en qualité de délégué général adjoint aux Affaires communautaires.


En avril 2000, il devint membre du comité exécutif et directeur de la Communication et des Affaires publiques de RTE (Réseau de Transport d'Electricité, filiale d'EDF en charge du réseau électrique français à haute et très haute tension). M. Michel DERDEVET est depuis janvier 2013 membre du directoire et secrétaire général d'ERDF. Il est par ailleurs Maître de Conférences à l'Institut d'études politiques (IEP)de Paris et Professeur au Collège d’Europe de Bruges.
Auteur du rapport intitulé Energie, l’Europe en réseaux, remis au Président de la République le 23 février 2015.

Tony Dreyfus (né le 9 janvier 1939 à Paris) est un avocat et homme politique français, membre du parti socialiste, secrétaire d'État auprès du Premier ministre Michel Rocard de 1988 à 1991, maire du 10earrondissement de Paris de 1995 à 2008 et député de la cinquième circonscription de Paris de 1997 à 2012, il entre dans la vie publique à 20 ans, il fut l’un des animateurs de l’UNEF jusqu’en 1963.

Avocat depuis 1965, marié et père de cinq enfants, il continue de s’engager dans les combats sociaux. Il est notamment l’avocat de la CFDT et des ouvriers de l’usine Lip de Besançon.

Conseiller de Paris et du 10e arrondissement à partir de 1989, Tony Dreyfus est secrétaire d'État de 1988 à 1991 au sein du gouvernement de Michel Rocard, chargé de l'économie sociale, et, en particulier du RMI, de la CSG ou du développement des mutuelles.

En 1995, il est élu maire du 10e arrondissement et devient député en juin 1997. Il est réélu député le 16 juin 2002, pour la XIIe législature (2002-2007), dans la cinquième circonscription de Paris, ainsi qu'en juin 2007

À l’Assemblée Nationale, il fut membre de la commission des Finances et a été rapporteur spécial du budget 2002 du Ministère de l’Intérieur.

Devant les militants de la section socialiste, Tony Dreyfus s'engage, en mai 2006, à ne pas briguer de nouveau mandat à la tête de la mairie en 2008 et de mettre ainsi un terme à une situation de cumul.

D'après la liste arrêtée au 11 novembre 2003, il est membre du Comité d'orientation scientifique de l'association fondée par Michel Rocard et Dominique Strauss-Kahn, À gauche, en Europe.

Réélu lors des élections législatives de juin 2007 dans la 5e circonscription de Paris, il est membre de la commission des Affaires étrangères et vice-président de l'Assemblée nationale de 2009 à 2010.

Élu par ses pairs à la Cour de justice de la République, il est l'un des douze juges parlementaires à siéger pour le procès de Charles Pasqua relatif aux affaires du siège de GEC-Alsthom, de la Sofremi et du casino d'Annemasse.

Viviane Neiter dirige depuis 2003, Neiter Consulting, son cabinet de conseil en corporate gouvernance, stratégie actionnariale et transmission des entreprises familiales.

Elle gère aussi les relations presse de Sigma Gestion, groupe ACG et de la Maison de l’Epargne. Administratrice de trois sociétés cotées (Vêt’Affairs, Dolphin Integration, Prodware), elle enseigne la corporate gouvernance dans plusieurs écoles de commerce en France, au Benelux et au Canada.

Elle vient d’être élue Présidente de Champagne- Ardenne Place Financière et à ce titre, personnalité qualifiée du comité régional d’orientation de BPI-France. Chevalier de la Légion d’honneur depuis 2008, elle s’est aussi investie dans la vie publique et a été trésorière adjointe du Parti Radical.

Frédéric de Saint-Sernin est Directeur général délégué d’ACTED depuis janvier 2015. Avant de rejoindre le secteur humanitaire, Frédéric de Saint-Sernin a eu une carrière politique en tant que Député de la Dordogne de 1993 à 2004, Secrétaire d’État chargé de l’aménagement du territoire sous Jean-Pierre Raffarin de 2004 à 2005, et Conseiller de l’ancien Président de la République Jacques Chirac.

Il a également été membre du Comité de direction et Président du Comité d’éthique de Kering, anciennement Pinault-Printemps-Redoute (PPR). De 2006 à 2010 puis de 2012 à 2014, il a présidé le Stade rennais Football Club.

Rama Yade A suivi ses études en hypokhâgne et est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris en 2000.

En 2002, elle devient administratrice du Sénat.

Par la suite, elle travaille avec Jean-Pierre Elkabbach pour la Chaîne Public Sénat.

Celui-ci la nommera directrice adjointe des programmes ainsi que directrice de la communication. En 2006, elle est nommée secrétaire nationale chargée de la francophonie.

Ancienne Secrétaire d’Etat chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’Homme puis des Sports, Ambassadeur de France à l’UNESCO, Rama Yade, âgée de 38 ans, est aujourd’hui conseillère régionale d’Ile-de-France et déléguée générale du Think tank Allons Enfants.

Jean-Philippe PIERRE, Haut Fonctionnaire au Ministère de l’Economie et des Finances où il est Contrôleur Général.

Il a occupé différents postes de membre de Cabinet Ministériel. Collaborateur de Francois Fillon, de Michèle Alliot Marie, de Fréderic Mitterrand, de Nicole Ameline, de Thierry Breton, de Jean Paul Delevoye.

Il fut aussi pendant 10 ans Directeur de l’Association des maires de France.

Il a la double expérience du secteur public et privé, en ayant travaillé pendant quelques années pour des groupes Industriels et bancaires tant en France qu’en Grande Bretagne.

Diplômé de l’Institut International de management, et de l’université de Westminster à Londres.

Ancien auditeur de l’IHEDN, et de l’IHESI.

Il est aussi Maire Adjoint du XVème arrondissements de Paris.

Spécialiste de l'Intelligence économique et de la communication de crise, Nathalie Bordeau enseigne, depuis une dizaine d'années, ces deux disciplines (elle a notamment été maître de conférence associé à l'Université Lyon 3-Jean Moulin), ainsi que la communication politique, l'Histoire des idées politiques et l'Histoire des relations internationales.

Lieutenant-colonel (RC) de gendarmerie jusqu'en 2015, parallèlement à ses activités professionnelles (elle a notamment été en fonctions au Cabinet du Premier Ministre de 2005 à 2012), elle est l'auteur de plusieurs ouvrages, évoquant en particulier les questions d'éthique, dont : "L'Intelligence économique à l'épreuve de l'éthique" (Editions l'Harmattan) et "Politique et éthique: regards croisés" (codirigé avec David-Xavier Weiss; éditions Bart and Jones; Prix Le Regard d'Edgar 2015 dans le cadre du Prix Edgar Faure).

Elle collabore régulièrement à la revue "Enjeux Diplomatiques et Stratégiques", via des articles portant sur les évolutions des relations géostratégiques, et a récemment publié "Taliesin, du mythe celtique à l'archétype universel" (Editions Bart and Jones).

Actuellement en charge de l'Intelligence économique au sein d'un Conseil départemental, elle travaille sur les conditions de l'attractivité pour le tourisme d'affaires en période de risque sécuritaire majeur

Jean-Pierre Chevènement est né le 9 mars 1939 à Belfort, de parents instituteurs. Ancien élève de l'École Nationale d'Administration (promotion "Stendhal"), il adhère au Parti Socialiste SFIO en décembre 1964 et fonde en janvier 1966 -avec Georges Sarre, Didier Motchane, et Alain Gomez- le Centre d'Études, de Recherches et d'Éducation Socialistes (CÉRÈS). Le CÉRÈS deviendra l’un des principaux courants du PS à partir du congrès d'Épinay (juin 1971); il sera remplacé le 14 avril 1986 par Socialisme et République. Jean-Pierre Chevènement est l’auteur du programme du Parti Socialiste "Changer la vie" en 1972, le négociateur du programme commun de la gauche (1972) et l’auteur du projet socialiste (1980).

Il est élu député sans discontinuer aux élections législatives de 1973 à 1997, et en 2000, dans le Territoire de Belfort.

Ministre d'État, ministre de la Recherche et de la Technologie puis de la Recherche et de l'Industrie des deux premiers gouvernements de Pierre Mauroy (1981-1983), il refuse de participer au troisième gouvernement de Pierre Mauroy pour s'opposer au tournant libéral du PS et défend "l’autre politique".

Il a été maire de Belfort entre 1983 et 2007.

Ministre de l'Éducation nationale du gouvernement de Laurent Fabius (1984-1986), il met fin à la "guerre scolaire", fait le "pari de l'intelligence", et s'illustre par des mesures telles que la ré-introduction de l'instruction civique et l’objectif de 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat.

Ministre de la Défense des gouvernements de Michel Rocard (1988-1991), il démissionne le 29 janvier 1991 pour s'opposer à la guerre coloniale des Etats-Unis contre l'Irak.

En juillet 1992, il quitte la direction du PS afin de faire campagne pour le NON au traité de Maastricht. Il fonde le 30 août 1992 le Mouvement des Citoyens et, en avril 1993, démissionne du PS. Il transforme alors le Mouvement des Citoyens (MDC) en parti politique, dont il devient président.

En 1995, il appelle à voter pour Lionel Jospin dès le premier tour de l’élection présidentielle puis participe en 1997 au gouvernement de la "gauche plurielle" pour tenter de lui donner un axe républicain. Ministre de l'Intérieur, il essaye d'imposer une grande politique d'accès à la citoyenneté, crée la police de proximité et donne une nouvelle impulsion à la coopération intercommunale. Il démissionne le 29 août 2000 pour s'opposer au processus de Matignon visant à donner le pouvoir législatif à la Corse.

Il déclare sa candidature à l'élection présidentielle de 2002 le 4 septembre 2001, et obtient 5,33% des suffrages exprimés au premier tour de l'élection présidentielle, soit plus d'un million cinq cent mille voix.

Il est président de la Fondation Res Publica, fondation de recherche reconnue d'utilité publique en 2005. Il préside également le club République Moderne.

Il a été Sénateur du Territoire de Belfort de 2008 à 2014 et vice-président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat.

Voir aussi le parcours de Jean-Pierre Chevènement en vidéos sur le site de l'INA et sa notice sur Wikipedia.

Bernard Granger est psychiatre et psychothérapeute, membre de l’Association française de thérapie cognitive et comportementale.

Il est professeur de psychiatrie à l’université Paris Descartes (Paris 5) et dirige l’unité de psychiatrie de l’hôpital Tarnier (AP-HP).

Il est le cofondateur et co-rédacteur en chef de la revue Psychiatrie, Sciences humaines et Neurosciences. Enfin, il est l’un des fondateurs et animateurs du Mouvement de défense de l’hôpital public, depuis 2009.

Philippe Logak est un haut fonctionnaire français Après des études au lycée Louis-le-Grand, il intègre en 1989 l’École polytechnique puis l'École des mines de Paris. En parallèle, il obtient une maîtrise en droit privé à l'université Paris Ouest Nanterre La Défense. Il débute sa carrière chez le constructeur automobile Peugeot en 1992 puis en 1993, il est chargé d'affaires à la Banque pour l'expansion industrielle (Banexi) à New York pendant un an De 2003 à 2005, il est avocat au cabinet Bredin-Prat En 2010, il est nommé secrétaire général de SFR, filiale du groupe Vivendi présidé par Jean-Bernard Lévy. Ce dernier, nommé PDG du groupe Thales le 20 décembre 2012, le nomme secrétaire général du Groupe Thales le 1er mars 2013. Alors chez SFR, Philippe Logak gère pendant trois ans les relations institutionnelles, les affaires juridiques ainsi que les aspects commerciaux et opérationnels relatifs aux échanges entre opérateurs. Il met sur pieds des partenariats stratégiques notamment relatifs à la couverture de la France en fibre optique et aux services internationaux fournis en partenariat avec Vodafone. Dans le cadre des Investissements d’Avenir, il est nommé en 2011 membre du comité « Réseaux d'initiative publique » du Fonds national pour la société numérique, géré par la Caisse des dépôts et consignations, qui pilote les investissements issus du grand emprunt pour le numérique Le 27 novembre 2014, le conseil d'administration de Thales le désigne PDG par intérim, poste qu'il occupe jusqu'au 23 décembre 2014. Il est aujourd'hui avocat associé du cabinet Gide

Jean-Marie Cambacérès
Né le 5 juin 1949 à Nîmes (Gard).

Ingénieur des Techniques Agricoles (ENITA de Bordeaux), diplômé supérieur chinois (Langues O - Paris) diplômé de Sciences Politiques (IEP Grenoble), ancien élève de l’ENA (promotion Voltaire) et ancien auditeur de l’IHEDN – 56ème session (Paris).

Jean-Marie Cambacérès a commencé sa carrière dans la fonction publique (conseiller de Tribunal Administratif), puis dans les cabinets ministériels (Ministères de l’Intérieur et de la Décentralisation, du Plan, et de l’Education Nationale), puis chez le Médiateur de la République.

Parallèlement il eut de nombreuses responsabilités au Parti Socialiste, notamment : membre du Comité directeur, du Bureau exécutif et du Secrétariat national, chargé des Affaires asiatiques et directeur de cabinet du Premier Secrétaire Lionel Jospin de 1986 à 1988 … et de nombreux mandats électoraux : Maire de Sommières (1983-1992), Conseil Régional du Languedoc Roussillon (1986-1992) et Député du Gard (1988-1993). A l’Assemblée Nationale, il fut rapporteur spécial du budget des Affaires étrangères à la Commission des Finances.

Ses activités sont maintenant tournées vers l’international. Il s’est rendu en missions dans une soixantaine de pays dont pratiquement tous les pays d’Asie, il est associé-gérant de la société Transasia Development, Président de l’Association France-Asie et Président de l’Association Harmonie Mékong. Il a été aussi Conseiller du Commerce Extérieur de la France (2000 à 2013) et Colonel (R) au Centre de doctrine et d’emploi des forces (CDEF) (2001 à 2016).

Décorations : Officier de la Légion d’Honneur, Commandeur de l’Ordre Royal du Cambodge, Chevalier des Palmes Académiques et Officier des Arts et des Lettres.
Publications : Auteur de « Sihanouk, le roi insubmersible » (2013) et « Dans les coulisses des voyages présidentiels » (2015) aux Editions du Cherche Midi.

Depuis fin 2015, il est membre du Conseil Economique Social et Environnemental au titre des Personnalités Qualifiées et y a été élu président de la Section des affaires européennes et internationales pour la mandature 2015-2020.

David-Xavier Weiss a participé à la campagne de Jean-François Copé en tant que chargé de mission communication lors de l’élection régionale de 2004 en Île-de-France.

Il devient ensuite chef de cabinet de Roger Karoutchi, notamment Sénateur puis Secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement.

Il est dans le même temps secrétaire national de l’UMP chargé de la presse et des médias depuis 2008. Élu de Levallois depuis mars 2008, il exerce aujourd’hui la fonction d’adjoint au Maire chargé de la Jeunesse et de l’Événementiel.

En 2014 Jean-François Copé lui propose d’être candidat sur la liste aux européennes en Ile-de-France.

Il est porte parole Francilien du Centre National des Indépendants et Paysans

Fils d’Agnès Faure et d’Edgar Oppenheimer, il est le petit-fils du Président Edgar Faure.

Il était par conséquent évident de fonder, à ce titre, l’association Edgar Faure en 2003 afin de perpétuer la mémoire du Président.

Son but est de gérer un pôle de médiation pour les plus démunis. Ancien Maire-adjoint à Clichy-la-Garenne 2008-2015, il a plus d’une corde à son arc, il est l’unique producteur du documentaire retraçant la vie d’Edgar Faure, il a fondé l’association des décorés des Arts et des Lettres, il a publié «Edgar Faure» Secrets d’État, secrets de famille chez Ramsay, un second ouvrage est en préparation.

Il exerce le métier de psychanalyste dès que son emploi du temps le lui permet. Son grand-père l’a initié à la politique et lui a prodigué de judicieux conseils depuis son plus jeune âge.

Brillant et bouillonnant d’idées il en fait sa priorité afin